FAQ   Rechercher   Membres   Groupes   S’enregistrer   Profil   Connexion 
Se connecter pour vérifier ses messages privés

Glomérulopathies Secondaires Non Immunologique

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Forum de la faculté de medecine à Annaba Index du Forum -> Cursus de Médecine -> la 5ème année -> Uro-Néphrologie
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
s.k
Inesmiste Légendaire
Inesmiste Légendaire

Hors ligne

Inscrit le: 23 Fév 2010
Messages: 864
Localisation: ALGERIE
La Fillière: Medecine
Année d'étude: résident
Masculin
les points ^^: 1 266
Moyenne de points: 1,47

MessagePosté le: Mer 31 Mar - 18:37 (2010)    Sujet du message: Glomérulopathies Secondaires Non Immunologique Répondre en citant

Glomérulopathies Secondaires Non Immunologique 
( Néphropathie Diabétique) 
 
 

 
 
I)          Introduction : 
C’est la cause de morbidité et de mortalité chez le diabétique, elle apparaît habituellement après une durée moyenne de 16 ans 
L’atteinte rénale est de même type dans le DNID et DID 
La néphropathie diabétique en rapport avec le DNID est plus fréquente que le DID 
 
 
II)       Classification des Néphropathies Diabétiques : 
Toutes les structures rénales peuvent être touchées au cours de la néphropathie diabétique 
A savoir glomérulaire, tubulaire, interstitielle et vasculaire cette classification repose essentiellement sur le dosage de la micro-albuminurie 
Il faut savoir que chez le sujet normale une albuminurie normale est de l’ordre de 40 mg/j 
 
 
1)  Stade I : 
Pas de micro-albuminurie 
C’est le stade de début de diabète 
Ce stade existe dés les premiers jours de l’hyperglycémie il est réversible à l’équilibre de l’hypoglycémie 
Réversibilité des signes histologique (la biologie est normale) 
 
 
2)  Stade II : 
Stade de la néphropathie silencieuse 
Ce stade apparaît en générale d’une durée moyenne de 18 mois (pas d’anomalie biologique, lésions histologique existantes) 
  
3)  Stade III : 
Néphropathie débutante 
C’est le stade ou apparaît la micro-albuminurie qui va dépasser les 40 mg/j 
Cette micro-albuminurie existe dés les premiers jours, il ne faut jamais atteindre ce stade 
Ce stade permet de prévenir le devenir 
Si cette micro-albuminurie n’est pas prise en charge, l’évolution se fera vers la protéinurie massive et l’insuffisance rénale 
La micro-albuminurie elle n’est pas apparue au bandelette réactive il faut faire un dosage qu laboratoire 
Il ne faut jamais attendre qu’un diabétique type I ou II fait une protéinurie décelable au bandelette réactive pour dire qu’il est porteur d’une néphropathie 
 
 
4)  Stade IV : 
Est le stade de la néphropathie manifeste 
La protéinurie est décelable au bandelette réactive et confirmé par le dosage de laboratoire, la fonction rénale à ce stade est soit normale soit modérément altéré 
La tension artériel TA est modérément élevé ou constamment élevé Ú les lésions histologiques sont très importantes au niveau du parenchyme rénale 
 
 
5)  Stade V : 
Fonction rénale est franchement altéré, le malade est mis sous dialyse qui devient obligatoire 
 
 
 
 
III)    Evolution : 
Il est claire que la néphropathie diabétique ne commence pas avec l’apparition de la protéinurie mais avec le diabète lui même dés les premières heures 
Le rythme évolutif varie d’un malade à un autre 
Le stade III évolue sur une dizaine d’années sous les conditions de la prise en charge, le stade IV également 
Le rythme peut être plus rapide si les contrôles glycémiques et tensionels sont mauvais 
 
 
 
 
IV)      Autres Atteintes : 
Ces atteintes concourant à aggraver la néphropathie diabétique : 
 
 
1)  Infection urinaire : 
Très fréquente chez le diabétique en raison du mauvais contrôle de la glycémie par le biais de la glycosurie (germes qui se multiple mieux en milieu riche en glucose) 
Elles sont à rechercher 1 à 2 fois / 2 à 3 semaines 
Elles sont souvent asymptomatique en raison de la neuropathie secondaire (insensibilité à la douleur) 
 
 
2)  Pyélonéphrite aiguë : 
En absence du diagnostic d’une infection urinaire banale elle évolue vers une lésion du parenchyme rénale, le malade néglige l’infection urinaire 
Il va se plaindre d’une fièvre élevée, douleur lombaire qui peuvent marquer, AEG, hématurie microscopique 
L’évolution après prélèvement ECBU avant toute antibiothérapie est favorable sous traitement adopté 
Si pas du traitement l’évolution se fait vers l’abcès du rein et phlegmon péri néphrétique 
 
 
3)  Nécrose papillaire : 
Elle est en rapport avec le diabète lui même, elle peut se manifesté sur le plan clinique par un tableau identique avec celui de la pyélonéphrite, mais l’hématurie est macroscopique très importante (détachement des papilles Ú saignement) 
Absence de germes à l’étude cytobactériologique des urines (QE) 
Le diagnostic sera confirmé par l’absence de germes et le tamisage des urines qui retrouvera des débris rougeâtre Ú anatomopathologie Ú papilles nécrosés (comme des caillots du sang) 
 
 
4)  Pyélonéphrite chronique : 
C’est le terme évolutif de plusieurs infections urinaires, on pyélonéphrite aiguë mal traitée ou négligée 
 
 
 
 
V)         Traitement : 
1)  Mesures : 
8 il faut agire sur le contrôle de la glycémie (impératif) 
8 contrôle de la tension artériel (plus élevé la TA moins banale la fonction rénale) la TA agit sur l’hypoglycémie 
les meilleurs traitements hypotenseurs pour le diabétique sont : 
„ les IEC : permettent de réduire la protéinurie ou la micro-albuminurie contrôlent l’hyper tension artériel. Soit utilisé seule ou on association aux autres hypotenseurs 
8 traitement des infections urinaires et des pyélonéphrite aiguës 
8 restriction des apports protéiques qui permet de retarder l’évolution : 
-          utilisation des anti-agrégats plaquettaires tel que l’aspirine 
-          contrôle du profil lipidique : traitement hypolipimiant : FIBRATE ou STATINE 
8 arrêt du tabac et d’alcool 
8 si hyper uricémie ou goutteux : contrôler l’acide urique et traiter 
8 si infections urinaires : il faut choisir les médicaments les moins néphrotoxiques (risque de facteurs médicamenteux) 
 
 
2)  Médicaments Toxiques : 
„ Aminosides 
„ Antimycosiques 
„ Certains Céphalosporines 
„ Quinolones 
„ L’association des ces produits qui est plus toxique 
Si le choix n’est offert que pour les médicaments néphrotoxiques il adopter la dose des médicaments en fonction de la fonction rénale 
Remarque : 
Chez le sujet normale la protéinurie est du 150 mg/j 
Si un malade est en stade d’une insuffisance rénale terminale : recours à la dialyse 
 


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Publicité






MessagePosté le: Mer 31 Mar - 18:37 (2010)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
@Tulipe@
Admin's Club
Admin's Club

Hors ligne

Inscrit le: 08 Oct 2009
Messages: 2 151
Localisation: Annaba
les points ^^: 2 019
Moyenne de points: 0,94

MessagePosté le: Mer 31 Mar - 21:47 (2010)    Sujet du message: Glomérulopathies Secondaires Non Immunologique Répondre en citant

good:!! nice work 
_________________


Revenir en haut
MSN
muslim girl
V.I.P
V.I.P

Hors ligne

Inscrit le: 16 Déc 2009
Messages: 466
Localisation: الجزائر قلبي وفلسطين نبضي
La Fillière: Medecine
Année d'étude: Interne
Féminin
les points ^^: 522
Moyenne de points: 1,12

MessagePosté le: Jeu 1 Avr - 11:27 (2010)    Sujet du message: Glomérulopathies Secondaires Non Immunologique Répondre en citant

keo meteo merci et que dieu te bénisse
_________________
اللهم بلغنا رمضان


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 21:00 (2016)    Sujet du message: Glomérulopathies Secondaires Non Immunologique

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Forum de la faculté de medecine à Annaba Index du Forum -> Cursus de Médecine -> la 5ème année -> Uro-Néphrologie
Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com
Theme xand created by spleen.